Xylos brands

Apprentissage social avec Julian Stodd: petite rétrospective

Nous vivons dans un monde en constante mutation. C'est indéniable. Les structures fixes et sclérosées auxquelles nous nous cramponnons sont devenues des « créatures » imprévisibles qui se réinventent sans cesse. Il suffit de penser à la technologie. Mais aussi aux aspects sociologiques et aux structures communicationnelles qui l'accompagnent. Comment gérer ces éléments dans notre culture d'entreprise ? Julian Stodd, notre conférencier au cours de l’événement Xylos Inspire 2018 nous a donné sa vision de l'Âge social. Voici les grands axes que j’ai retenus.
 

La technologie 4.0 ? Démocratie

Les entreprises ou organisations acquièrent des technologies pour traiter certains problèmes sociaux ou en assurer le suivi. Mais est-ce vraiment le nœud du problème ? Pas vraiment... Selon Julian Stodd, nous avons besoin avant tout de notre personnel. Et plus précisément ? Nous devons nous appuyer sur leurs compétences, par exemple l’autorité, la créativité et le contrôle. Et cette tendance se manifeste aujourd'hui dans diverses cultures d'entreprise. La technologie s'y est pleinement démocratisée et y exerce un impact social. Et c'est précisément là que réside sa force. En effet, si les entreprises étaient jadis dominées par des cultures d'entreprise figées et rigides, les collaborateurs acquièrent aujourd’hui plus de pouvoir en travaillant pleinement en réseau et en s'engageant avec toutes sortes d'outils technologiques. Bref : les cultures d'entreprise formelles sont complétées par des structures de réseau informelles. La situation idéale selon Stodd ? Un subtil équilibre entre les deux.
 

Flux de pouvoir

Approfondissons ces notions de pouvoir et de contrôle. Deux aspects sujets à tant de connotations et d'interprétations… La culture d'entreprise d'aujourd'hui révèle toute une série de manifestations du pouvoir qui sont devenues beaucoup plus protéiformes et agiles. Selon Stodd, nous assistons à un glissement d’une hiérarchie rigide à une communauté. Des structures formelles cèdent la place à des structures sociales. Et tout cela parce que nous utilisons la technologie offerte pour communiquer. Mais aussi parce que nous pratiquons le storytelling ou accroche narrative.
 

Vive nos connaissances ! Vive la cocréation ! Vive le storytelling !

Le storytelling, quésaco ? Toute entreprise ou organisation impose toujours sa propre vision. Sa stratégie, ses valeurs. Mais chaque collaborateur renforcera cette vision avec ses propres mises en récit ou storytelling, ses interprétations et ses expériences. La prochaine étape ? Le partage de ces points de vue par d’autres collègues. Telle est la genèse d’une cocréation de nos connaissances et de notre processus d'apprentissage. Nous donnons un nouveau sens à notre culture d'entreprise. Nous tournons le dos aux processus d'information et d'apprentissage codifiés et prémâchés. Les entreprises et les organisations ne détiennent plus de monopole. Elles ne les façonnent plus… Ou, comme l’a dit Julian : « Apprendre n'est pas seulement une question de savoir. C'est une question de donner du sens à une expérience. C'est ce qui se fait dans les communautés. »
 

Si vous souhaitez en savoir plus sur notre offre de formations, consultez notre site web. Ou si vous voulez plus d’informations sur les expériences d’apprentissage numérique de Neo Learning, rendez-vous sur son site web.  

Partager cet article de blog
Categories: Learning
Tags: Learning

Also interesting for you

Laissez une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués.