Xylos brands

Caro à Rock Werchter : mini-vacances idéales!

L’été et sa traditionnelle saison de festivals ont officiellement commencé ! En compagnie de trois amies, je suis partie le week-end dernier pour quatre jours pour la sacro-sainte plaine de Rock Werchter ! Jeudi, après le travail, j’ai donc mis le cap sur le petit village rural de Werchter pour y déposer mon barda chez une amie. Ensuite, j’ai enfourché mon vélo, direction la plaine !

Glamping

Même si nous avions un ticket combiné pour Rock Werchter, nous n’avons pas dormi au camping. Nous avons opté pour un bien meilleur endroit où poser nos sacs de couchage : le garage d’une de mes amies. Et sa maman nous a dorlotés pendant quatre jours ! En outre, mon amie avait une piscine. Vous pouvez donc facilement vous imaginer que la fête se poursuivait chez elle ! De grands moments ! Faire la grasse matinée, se réveiller en toute tranquillité, à notre guise, piquer une tête dans la piscine, puis manger… Ainsi, chaque jour, nous pouvions partir en « plaine » forme ! En un mot, un glamping de rêve !

Quelques coups de pédales et nous y voilà !

Si vous avez déjà été à Rock Werchter, vous savez sûrement que la voiture n’est pas le moyen de locomotion idéal pour vous y rendre. Vous ne circulerez que si vous choisissez de rester jusqu’aux petites heures ou de partir juste bien avant la fin du dernier concert. Comment pourrait-il en être autrement d’ailleurs lorsque des dizaines de milliers de personnes quittent la plaine en même temps… Notre glamping se trouvait à Tremelo, un petit village à proximité de Werchter. Plutôt logique d’opter pour le vélo, non ? Enfourcher son vélo, le garer et… que la fête commence !

BRÉSIL-BELGIQUE

Vendredi, nos Diables Rouges affrontaient le Brésil. La tension était palpable ! Toute la journée était placée sous le signe du foot. Partout, le noir-jaune-rouge était présent ! Nous voulions vraiment pouvoir suivre ce quart de finale presque sacré, mais l’emplacement de l’écran y a mis en terme. En effet, pour être sûr d’avoir sa place pour suivre cet événement national, il fallait être sur site à temps. Vraiment bien à temps ! Ce grand moment approchait et, vous l’aurez compris, nous n’étions pas au rendez-vous. Nous avons d’abord écouté les dernières notes de Snow Patrol juste avant le match. Ensuite, nous nous sommes rendues vers l’endroit de la prairie où se dressait un écran géant. Pas de chance pour nous : à moins de plonger dans la foule compacte, nous ne pouvions rien voir ou juste la partie supérieure de l’écran. Nous avons donc décidé d'écouter le commentateur et de nous laisser emporter par la fougue et les cris de joie des supporters. Et nous avons gagné !

Profiter

Les artistes que j’ai préférés ? Equal Idiots, Pearl Jam, Arctic Monkeys, Marshmello, Triggerfinger, Jorja Smith, The Kooks, Queens of the Stone Age et Snow Patrol. La raison de mon engouement est simple : ils sont fantastiques en live. Mais que serait un festival de musique sans ses « délices culinaires »… Frites, pâtes, kebab, hamburgers, nachos et loempias : LES ingrédients pour une édition Werchter réussie et… grasse ! Nous avons consommé non seulement beaucoup d’eau – il ne faut pas oublier de bien s’hydrater ! – mais aussi de la Hoegaarden Rosée – délicieusement cliché !

Retour à la maison

Et puis le dernier jour est soudain arrivé… Nous n’avons pas vu le temps passé ! Après le traditionnel feu d’artifice, il était temps de rentrer à la maison. Mon frère était déjà passé chez mon amie l’après-midi pour reprendre toutes mes affaires. J’ai ainsi pu rentrer directement à la maison à vélo après la prestation des Arctic Monkeys. Se frayer un chemin au cœur de Werchter relevait du défi : les rues étaient jonchées de monde. Heureusement, à un moment donné, un combi est passé dans la foule. J’en ai donc profité pour me glisser dans son sillage, en rejoignant un groupe de cyclistes. J’ai donc pu traverser la foule relativement vite pour ensuite rouler jusque chez moi encore plus rapidement. Je suis arrivée à bon port un peu après deux heures du mat. Mon réveil sonnait à six heures le lendemain. Dur, dur… Mais cela en valait largement la peine !

Ce festival, c’était tout simplement des mini-vacances parfaites !

Mon conseil ? Rendez-vous cet été à un (ou plusieurs) festival(s) et profitez-en un max ! Et n’oubliez surtout pas vos bouchons d’oreilles (ou demandez-en à la MC).

 

Partager cet article de blog

Laissez une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués.