Xylos brands

En route pour le cloud et l’innovation

Le centre de gravité des départements informatiques glisse de la gestion opérationnelle vers la transformation de l’entreprise et le soutien des activités commerciales. Ils sont désormais une source d’inspiration avec de nouvelles possibilités technologiques. Ou plutôt, c’est précisément l’attente que nourrit de plus en plus le pan opérationnel des entreprises.

Dans le cadre de mes discussions avec des responsables et des collaborateurs informatiques, je remarque une volonté de fer et un très grand enthousiasme, mais ils répètent tous régulièrement un seul et même message : « Nous n’avons pas le temps de réfléchir avec les autres intervenants de l’entreprise, de faire preuve de proactivité et d’explorer de nouvelles technologies. Les activités opérationnelles et les mises à jour de l’environnement existant nous prennent tout notre temps. »

Afin d’innover, vous devez alors travailler en deux modes.

  • Mode 1 : optimiser et soulager l’infrastructure existante (p. ex. en sous-traitant des activités accessoires ou des services de base).
  • Mode 2 : explorer. Utiliser les ressources et le temps libérés par l’optimisation pour innover.

Mode 1 : optimiser et soulager

La technologie du cloud peut vous aider à sous-traiter les services de base (commodities) et les charges de travail non critiques. Il suffit de penser, entre autres, à Exchange online, à SharePoint online et Office 365. Mais vous pouvez aussi placer certaines charges de travail selon un modèle pay-as-you go où la gestion, entre autres, du système d’exploitation et des serveurs des bases de données, est réalisée pour vous, comme c’est le cas avec Microsoft Azure.

Cette approche suscite immédiatement la question suivante : travailler dans le cloud est-il moins cher que de travailler avec un propre datacenter ? Sans connaissance préalable de votre environnement spécifique, je ne peux pas répondre catégoriquement à cette question. Cependant, je conseille de commencer à transférer vers le cloud des charges de travail non critiques ou des charges de travail qui tournent 24h/24 et 7j/7. De cette manière, vous engrangez de l’expérience sans courir de risque et vous avez de fortes chances de comprimer les coûts en ne payant que pour ce que vous utilisez vraiment (pay-as-you-go).

En voici quelques exemples (liste non limitative) :

  • Environnement de développement, de test ou d’essai d’acception des utilisateurs (UAT) : ces environnements ne vous sont nécessaires qu’à des moments spécifiques. Et si vous utilisez des ressources de votre datacenter pour ces charges de travail, vous devez les surdimensionner. Dans le cloud, vous pouvez activer l’environnement quand et seulement quand c’est nécessaire. Grâce au modèle pay-as-you-go, les coûts s’arrêtent dès que vous ne l’utilisez plus.
  • Récupération après sinistre : l’entretien d’un second datacenter est onéreux. Le modèle pay-as-you-go assure une nouvelle fois une optimisation (du moins en termes de CPU), qui permet de réduire les coûts permanents. En fonction des objectifs de récupération après sinistre (RTO), la mise à disposition d’un environnement n’intervient qu’en cas de catastrophe, ou il ne continue à tourner qu’avec un nombre de ressources minimales pour assurer une prestation de services minimale. En cas de catastrophe, celle-ci augmente ensuite immédiatement en fonction de la charge.
  • Back-up : vous préférez éviter d’atteindre le point où une restauration est nécessaire. En passant immédiatement à un environnement en ligne redondant (et inversement) en cas de problèmes, la restauration ne se révèle encore nécessaire qu’en cas de suppression involontaire de données. Les données historiques restent donc primordiales. De nombreuses entreprises font en outre confiance à des bandes magnétiques (souvent du matériel ancien) qui sont transportées sur d’autres sites. Les RTO sont par conséquent loin d’être optimaux. Et pourquoi ne pas faire de back-up dans un environnement en cloud Azure ?

L’optimisation concerne non seulement la technique, mais aussi les habitudes et les procédures. Xylos aide ses clients à choisir judicieusement les charges de travail à transférer, la connexion sécurisée vers le datacenter sur site (hybride) ainsi que le script des environnements via Infrastructure as Code (IaC).

Avec IaC, vous pouvez mettre à disposition un environnement complet en quelques minutes (serveurs Windows, serveurs SQL, réseaux privés, équilibreurs de charge, etc.) et vous disposez toujours du même environnement uniforme. Par comparaison avec la procédure manuelle, vous économisez ainsi du temps et réduisez les risques d’erreur.

Vous êtes curieux de découvrir les optimisations possibles ? Vous souhaitez évaluer votre stratégie en cloud actuelle ? Prenez alors rendez-vous avec frederick.dierickx@xylos.com.

Mode 2 : explorer et innover

Comment se lancer dans l’innovation ? Un élément peut avoir un caractère innovant parce qu’il n’existe pas encore et a du potentiel. Il peut aussi être unique au sein de votre secteur, mais déjà exister sur le marché de la grande consommation (p. ex. les bots) ou dans d’autres secteurs.

L’innovation est une responsabilité partagée et est le fait à la fois du business et de l’IT. Elle comprend un certain risque, car il est souvent difficile d’en déterminer la réussite, la faisabilité technique et le succès commercial. Cependant, vous pouvez limiter les risques, par exemple en utilisant des technologies éprouvées qui sont appliquées avec succès dans d’autres secteurs ou en déployant des solutions SaaS.

Xylos et Bagaar sont actives dans différents secteurs et ont ainsi engrangé un bagage très important en matière d’innovation. Nous le partageons avec nos clients pendant des ateliers d’innovation d’un jour. Dans ce cadre, de très nombreuses idées sont lancées et se traduisent in fine par des réalisations chez nos clients.

Curieux de découvrir à quoi ressemble un atelier d’innovation ? Vous avez une idée, mais recherchez plus d’informations pour sa mise en œuvre technique ? Dans ce cas, prenez rendez-vous avec frederick.dierickx@xylos.com.

Partager cet article de blog

Also interesting for you

Laissez une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués.